Catégories
Mon Journal

NON PROFESSEUR IBRAHIMA FALL! L’INTERPRÉTATION ET L’APPLICATION DU CODE ÉLECTORAL NE SONT PAS CRISOGÈNES.

Il sied de rappeler à notre cher doyen d’âge, le Pr. Ibrahima Fall que le drame du droit, c’est qu’il n’y a pas de dénominateur commun quant au sens des textes de loi. Sans nul doute, il le sait mieux que moi. Paul Ricœur traduit bien ce principe quand il soutient que "l’unité du parler humain fait aujourd’hui problème". On en vient à se demander d’un point de vue purement philosophique : qu’est-ce que l’interprétation ? Et, la question en soulève d’autres avant même de procéder comme qui remonte à Aristote : qu’interprète-t-on ? D’où interprète-t-on ? Comment, pourquoi et en quoi une telle interprétation devient-elle ou est-elle valide ? Qu’est-ce que la validité dans le domaine précis qui nous intéresse ici ?

Le juriste tente le plus efficacement possible, avec les moyens qui sont les siens, de comprendre un problème donné, ou ce qui fait problème afin de rendre intelligible un ensemble de données brutes, un réseau touffu, emmêlé, de relations ou un conflit d’ordre duel, interindividuel ou pluriel. Cela pose bien entendu des questions de principe relatives au sens : d’où parle-t-on ? De quelle manière et en fonction de quelle grille de lecture devons-nous, aux yeux de la loi, interpréter un fait humain, une conduite, un signe, un symbole ? Quel signifiant pour quel signifié? Dès lors se pose la question de l’interprétation qui, au plan épistémologique et heuristique, impose au juriste d’avoir comme souci majeur la fidèle reconstitution des canevas et schèmes de pensées ou d’actes à partir desquels les faits humains et conduites tirent la cohérence de leurs significations. Dans l’exercice du droit, la question fondamentale semble se ramener à celle de l’interprétation du sens et de la finalité de la conduite qui pose problème. Il y a donc un postulat théorique de fond incontournable : on n’interprète pas de nulle part.

Le savoir et la connaissance utilisés pour interpréter un texte de loi sont bâtis dans un cadre intellectuel déterminé, un langage prédéterminé et en fonction d’une orientation précise de départ, un ensemble symbolique originaire d’une option anthropologique explicite ou non ; pour tout dire : dans la tête de l’interprète lui-même. L’interprète raisonne non seulement en fonction de la notion qu’il s’est forgée de la loi, mais aussi de la notion, plus ou moins claire, qu’il se fait de l’organisation globale de celle-ci au regard d’un «modèle» tacite ou explicite. Et cela, dès le départ.

L’interprétation, c’est donc le travail de pensée qui consiste à déchiffrer le sens apparent, à déployer les niveaux de signification impliqués dans la signification littérale. On en vient ainsi à l’exégèse, c’est-à-dire à l’interprétation des sens cachés, des sens multiples dans leur contexte originel et culturel. Dès lors, symbole et interprétation deviennent des concepts corrélatifs. D’où devient nécessaire une propédeutique à tout travail d’interprétation, c’est-à-dire la connaissance et l’étude du monde symbolique et de l’univers de référence et de sens des textes de loi à interpréter.

En d’autres termes, la qualité de l’interprétation dépend ici des fonds de mémoire politique. Ce qui présuppose, si l’on suppose, une certaine connaissance des structures politiques symboliques, de leur histoire spécifique dans ses différentes dimensions intellectuelles, socio-historiques et politiques. On se donne somme toute, de cette manière, une meilleure intelligibilité, à défaut d’une explication proprement dite de telle ou telle interprétation de la loi. La question revient à se demander théoriquement et pratiquement comment rattacher ce que l’on pourrait nommer la structure archéologique individuelle du juriste à l’archéologie symbolique manifeste ou latente de l’univers de sens et de mémoire politique qui, seul, permet de l’éclairer.

Il ne serait pas absurde de se demander ce que l’on interprète en fait. Une interprétation ne sera valide ou valable qu’en ayant une référence solide aux éléments de culture politique du symbole ou du discours. En ce sens, elle doit partir de l’intérieur même du substrat des structures que l’on veut interpréter. Je ne saurais me lasser de dire que l’interprétation du juriste devient d’autant plus cohérente qu’il se réfère lui-même, judicieusement et sans précipitation au même système de pensées que le justiciable : que leurs productions respectives renvoient à la fin, à la même totalité métathéorique. Si tel n’est pas le cas, l’interprétation devient fallacieuse, fantaisiste ou fantasmée. Le justiciable n’y reconnaît plus son propre discours. Et nous voici au cœur du « conflit des interprétations » (P. Ricœur).

Ce ne sont donc pas "L’interprétation et l’application du code électoral par le gouvernement et par le Conseil Constitutionnel" qui sont "tronquées et crisogènes" ainsi que vous le dites. Ce qui est crisogène, c’est la volonté manifeste qu’ont certains de vouloir imposer leur interprétation des textes de loi alors qu’ils n’en ont pas la qualité. Car en matière d’interprétation du droit, aucune interprétation ne peut faire autorité sur une autre si ce n’est celle qu’incarne une décision définitive de justice.

Pierre Hamet BA.

Catégories
Mon Journal

L’OCCIDENT, LA RUSSIE ET L’AFRIQUE: AU DELÀ DE LA CRISE UKRAINIENNE

La guerre en Ukraine a soudainement alimenté une abondante réflexion sur la position que l’Afrique devrait adopter et, notamment, eu égard à leur forte dépendance aux importations et aux fluctuations des taux de change, sur la manière dont les pays africains pourraient s’en sortir si l’inflation mondiale, annoncée depuis le début des affrontements, venait à se concrétiser. Ces problématiques qui nous paraissent nouvelles auraient cependant dû s’inviter bien plus tôt à la réflexion stratégique portant sur la place de l’Afrique dans la géopolitique internationale contemporaine qui, de plus en plus, peine à s’ajuster entre le monde bipolaire de la guerre froide devenu unipolaire à la suite de la chute du mur de Berlin et le monde multipolaire, conséquence possible mais encore incertaine qui émerge des manœuvres et tensions économiques, géopolitiques et militaires entre Washington, l’Union Européenne et les BRICS ?

I. LE MONDE BIPOLAIRE

L’Afrique est on ne peut plus soustraite des mémoires de la guerre froide. Pourtant, du fait de ses ressources naturelles et de son importance dans les économies occidentales d’alors, l’Afrique était une donne essentielle de la politique soviétique et, par conséquent, un enjeu majeur de la guerre froide. En effet, au sortir de la deuxième guerre mondiale, l’union soviétique va déployer une diplomatie agressive pour tirer un avantage stratégique des luttes d’indépendance. Elle soutient ainsi le FLN algérien, le Parti communiste sud-africain (SACP) et l’ANC dans sa lutte contre l’apartheid, le Mouvement populaire pour la libération de l’Angola (MPLA), le Front de libération du Mozambique (FRELIMO), l’Union du peuple africain du Zimbabwe (ZAPU), la Guinée de Sékou Touré etc. L’URSS s’implique même dans les conflits armés en envoyant des combattants cubains en Angola, en Somalie, en Éthiopie et en Namibie.

Durant cette période de lutte pour les indépendances et jusqu’à la fin des années 80, la présence soviétique était prépondérante en Afrique avec près de 40 mille conseillers dans plus de 40 pays, sans compter la formation, en Russie, d’un peu plus de 60 mille jeunes ingénieurs et techniciens africains. Sans nul doute et à mettre à son actif, le point d’orgue de l’implication de l’union soviétique dans les affaires africaines est l’adoption par l’assemblée générale des Nations unies de la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et peuples colonisés. Le bloc de l’Ouest devait donc batailler pour rester influent dans ses anciennes colonies. Toutefois, les Etats africains nouvellement indépendants vont dans leur grande majorité choisir de ne pas ouvertement s’impliquer dans le conflit Est-Ouest bien que, de ce qui précède, la plupart penchaient déjà pour la Russie. Officiellement, ils seront non-alignés.

Est-ce alors un fait nouveau si l’Algérie, l’Angola, le Burundi, le Congo- Brazzaville, la Guinée équatoriale, Madagascar, le Mali, le Mozambique, la Namibie, le Soudan, le Soudan du Sud, l’Afrique du Sud, le Sénégal, la Tanzanie, l’Ouganda et le Zimbabwe se sont abstenus, le 02 mars 2022, lors du vote de la résolution des nations unis sur l’Ukraine ? Est-ce tout aussi surprenant qu’onze autres pays africains n’aient pas pris part audit vote ? Est-il pour ainsi dire étonnant que, le 07 avril 2022, le Cameroun, l’Égypte, l’Angola, le Kenya, le Niger, le Sénégal, le Nigeria, l’Afrique du Sud, le Soudan, Madagascar, le Ghana, la Guinée-Bissau, le Soudan du Sud, le Togo, la Tunisie, l’Ouganda, la Tanzanie, le Botswana, le Cap-Vert, l’Eswatini, la Gambie, le Lesotho, le Mozambique et la Namibie s’abstiennent de prendre part au vote portant sur l’exclusion de la Russie du Conseil des droits de l’homme de l’ONU ?

Visiblement, cette position africaine procède d’une continuité historique : celle du non-alignement. Mais l’esprit de Bandung qui remettait en question la structure du système économique international peut-il encore prospérer en l’état ou, bien au contraire, nécessite-t-il une mise à jour à la vue des nouvelles tendances géopolitiques contemporaines?

II. LE MONDE UNIPOLAIRE

Dans « Le vrai choix », le géostratège américain Zbignew Brezezinski soutient, qu’après avoir piégé l’union soviétique en Afghanistan, s’être proposé de désagréger la Fédération de Russie en la séparant de ses républiques du Caucase dont la Tchétchénie, pour assurer la suprématie mondiale des Etats Unis et leur mainmise sur le pétrole de la Mer Caspienne. Ainsi, suite à l’effondrement du mur de Berlin, l’équilibre de la terreur de la guerre froide a naturellement laissé place à un monde unipolaire au sein duquel les Etats-Unis régnaient en maître incontesté de la géopolitique internationale. De fait, les pays africains ne pouvaient plus se permettre de jouer l’Est contre l’Ouest pour s’attirer les faveurs internationales : c’est le début de ce qu’on pourrait appeler la perestroïka africaine.

En 1988, suite aux négociations entamées dès 1986 entre Gorbatchev et Ronald Reagan sur la nécessité de mettre un terme aux conflits régionaux, l’accord prévoyant le retrait progressif du corps expéditionnaire cubain d’Angola est signé au siège de l’ONU entre l’Angola, l’Afrique du Sud et Cuba. L’indépendance de la Namibie est négociée. En Éthiopie, le général Mengistu est chassé du pouvoir. Le président sud-africain Frederik de Klerk prend langue avec le Congrès national africain (ANC) de Nelson Mandela qui sera lui-même libéré et élu premier président de l’ère postapartheid. Le Bénin, le Congo, la Guinée-Bissau, Madagascar, le Burundi, le Gabon, la Mauritanie, le Togo et le Zaïre ouvrent la voie au multipartisme. Et en 2002, l’OUA devient l’UA.

Parallèlement, entre 1989 et 2000, l’Afrique a connu en moyenne quatorze conflits armés par année (P. Wallensteen & M. Sollenberg, 2001). Les conflits en Afrique n’étaient désormais plus le fait de divergences idéologiques alimentées par l’un ou l’autre bloc, mais le résultat d’antagonismes pour le contrôle des ressources du continent que tentent de s’approprier des multinationales, principalement occidentales, et des Etats débarrassés de l’équilibre de la terreur de la guerre froide. Le départ de la Russie a ainsi favorisé une pensée unipolaire qui a consacré le triomphe de l’économie ultralibérale. Si l’on ajoute à ce tableau le renforcement du fédéralisme de l’Union Européenne et la réintégration complète de la France au sein des instances militaires de l’OTAN, on pourrait croire que le mondialisme atlantiste unipolaire s’est définitivement imposé au monde.
Cependant, dès la première décennie du troisième millénaire, on a assisté à une résistance, certes informelle, mais croissante face à la suprématie américaine. En conséquence, le retour progressif de la Russie dans les affaires africaines ne paraît-elle pas salvateur pour des Etats africains qui accusent, à tort ou à raison, l’occident de néocolonialisme ? La présence militaire de la Russie en Afrique centrale et, maintenant, en Afrique de l’ouest ne consacre-t-elle pas la fin du monde unipolaire qui avait fini de mettre le continent africain en coupe réglée ? Les actions militaires de la Russie en Ukraine ressuscitent-elles le monde bipolaire de la guerre froide ou est-ce plutôt une conséquence de la manifestation d’un monde multipolaire au sein duquel l’Afrique pourrait se mouvoir en rééquilibrant ses relations avec l’occident grâce à l’apport militaire et peut-être économique de la première puissance nucléaire planétaire ?

III. LE MONDE MULTIPOLAIRE

Dans une approche transgéographique inédite qui jure d’avec les schémas classiques qui dessinaient les coopérations inter-Etats au sein de cercles régionaux frontaliers, est né un jeu d’alliances qui transcende les frontières dans une nouvelle réalité dont la cohérence tient plus aux intérêts et à la volonté de s’affranchir du joug traditionnel d’une poignée, infime mais pas insignifiante, de pays dits majeurs, qu’à une intégration régionale ou sous-régionale.

En effet, le rapprochement économique de divers blocs géopolitiques assez éloignés les uns des autres (Amérique Latine, Chine, Proche et Moyen-Orient) a donné naissance à plusieurs actes d’une portée géostratégique non négligeable tels les déclarations de Brasilia (mai 2005), de Doha (mars 2009) et le sommet Afrique-Amérique Latine (2009).

En réalité, le point commun des protagonistes de cette dynamique transgéographique (Venezuela, Brésil, Libye, Syrie, Liban, Chine, Japon, Equateur, Bolivie, Russie) réside dans leur hostilité sans faille face à l’Ordre Mondial ultralibéral né au lendemain de la dislocation de l’union soviétique. Tous, sont favorables à l’établissement d’un monde multipolaire équilibré au sein duquel la Palestine aurait une existence viable sur les plans politique et économique. Malgré leur éloignement géographique et leur disparité historico-culturelle, ces blocs soudés ont donc ceci en commun qu’ils partagent une autre vision du monde opposé à l’établissement du Nouvel Ordre Mondial américanisé.

A. Les enjeux économiques

Dans Le Monde Diplomatique de janvier 2011, Mme Hillary Clinton, alors secrétaire d’Etat des Etats Unis, s’inquiétait de la dette détenue par Pékin en posant la question de savoir « Comment négocier en position de force avec son banquier ? ».
En effet, le système monétaire international basé sur le dollar a reposé, de 1990 à 2014 sur le financement par la chine du déficit extérieur des Etats-Unis. C’est-à-dire que les Etats-Unis ont financé leur train de vie par leur dette extérieure, avec des taux d’intérêt bas, tandis que, dans le même temps, les autres pays – et en particulier la Chine – stimulaient leur production en leur vendant des biens. Tant et si bien que, de juillet 2005 à décembre 2007, le gouvernement chinois a abandonné son lien au dollar. L’appréciation du yuan de plus de 20% qui s’en est suivie a été un encouragement inédit pour les étrangers à acheter des actifs chinois. Ce qui d’une part, représentait une menace directe non seulement sur les accords de Jamaïque et donc sur le système monétaire international adopté en 1976 ; et d’autre part, un risque ultime de rupture radicale du système monétaire international avec un abandon du dollar en tant que monnaie de réserve internationale et donc, une crise sévère sur la dette publique des Etats-Unis et un effondrement historique du dollar contre bon nombre de devises. La chine ne s’en cache pas, en tant que premier importateur mondial de pétrole brut, elle veut clairement mettre définitivement un terme à l’hégémonie du dollar américain.

B. La politisation du Dollar américain

Pour se prémunir d’une telle éventualité et conserver leurs avantages stratégiques hégémoniques (politique, militaire, financier, économique et technologique), les Etats-Unis ont adopté en 2008, dans le prolongement de la politique mise en œuvre au lendemain du 11 septembre 2001, une stratégie agressive dans le recours aux sanctions, utilisant ainsi le droit américain comme une arme de guerre tous azimuts et notamment économique et financière. Ce faisant, le dollar détenu aux deux tiers par des investisseurs ne résidant pas aux Etats-Unis et représentant aujourd’hui plus de 60% des échanges mondiaux (85% sur les matières premières) s’en est trouvé politisé. Ainsi, des lois à portées extraterritoriales comme le Foreign Corrupt Practices Act (FCPA) de 1977 ou la Countering America’s Adversaries Through Sanctions Act (CAATSA), permettent aux Etats-Unis de sanctionner efficacement et de manière dissuasive leurs ennemis et adversaires économiques.

En effet, depuis les attentats du 11 septembre 2001 et au nom de la lutte contre le terrorisme, les Etats-Unis ont acquis auprès de l’institution bruxelloise SWIFT un droit de regard sur l’ensemble des transactions passant par ce système. Du coup, rien que l’utilisation du dollar donne lieu à des enquêtes et à des sanctions. En 2014 par exemple, dans le cadre de corruption d’agents publics étrangers avec paiements associés en dollars, les 772 millions de dollars d’amende pour la société Alstom ont eu pour conséquence économique directe son rachat par son concurrent américain General Electric.

C. La dédollarisation

L’utilisation du système SWIFT ne pouvant leur être favorable car augmentant significativement leur exposition face aux sanctions et rétorsions économiques, les BRICS ont mis en place le BRICS Pay qui leur permettra de procéder à des échanges économiques et financiers à partir de leurs propres devises via des portefeuilles électroniques dans un Cloud dédié.
Plus spécifiquement, la Russie s’insurge face à la politisation du dollar américain et a entamé depuis 2014 une politique de dédollarisation de son économie avec pour terme décembre 2021. L’objectif annoncé par le ministre russe des Finances Anton Silouanov est clair : « Nous avons décidé de renoncer complètement aux actifs en dollars au profit de l’euro et de l’or ». Selon le ministre, l’objectif est d’arriver à la répartition suivante : dollar 0%, euro 40%, yuan 30%, or 20%, livre sterling 5% et yen 5%.

Grâce au SPFS (Financial Messaging System of the Bank of Russia) avec 400 partenaires qui pourrait être interconnecté au CIPS chinois (China International Payment System) avec plus de 1189 partenaires, et à d’autres pays comme l’Iran, l’Inde et la Turquie, le dollar pourrait perdre sa suprématie sur le commerce international. N’est-ce pas alors l’une des raisons pour lesquelles les sanctions économiques européennes visant la désintégration de l’économie russe en la déconnectant du système SWIFT et en procédant à un embargo de ses ressources sur les marchés européens tardent à donner les effets escomptés ?

Tout semble alors indiquer que les actions militaires russes en Ukraine constituent la terminaison d’une évolution géopolitique qui conduira inévitablement vers une nouvelle configuration géostratégique du monde. Mais quelle serait la place de l’Afrique si un tel monde multipolaire venait à être effectif ?

IV. L’AFRIQUE ET LE MULTIPOLARISME

A la vue de ce qui précède, l’abstention africaine sur la question ukrainienne ne semble ni cohérente, ni satisfaisante en ce qu’elle ne semble pas assumer une ambition géopolitique forte. Elle fait tout simplement écho au principe de non-alignement de la guerre froide. Or, à voir le monde tel qu’il évolue géopolitiquement, il est important et même nécessaire pour les pays anciennement non-alignés de se retrouver au sein d’une toute nouvelle organisation afin d’harmoniser leur position et d’adopter une politique commune tant sur les plans politique et économique que militaire. Une telle organisation qui compterait 120 Etats membres et deux tiers de la population mondiale, parallèle à toutes les formes d’organisations internationales, qui ratifierait en son sein des traités de commerce comme celles de l’OMC, des accord militaires de défense commune comme celles de l’OTAN, des conventions financières comme celles de la Jamaïque et de Bretton Woods (1944) constituerait à coup sûr le graal du développement et de l’indépendance économique définitive de l’Afrique et du Tiers monde.

N’est-ce donc pas en définitive, ce à quoi la crise ukrainienne nous convie ?

PIERRE HAMET BA

Catégories
Mon Journal

LE SOUCI DE SOI: l’obsession du trou

III. LA CHAMBRE NOIRE. C’est dans cet espace clos, à l’abri de toute lumière, où seul un tout petit trou s’ouvre au monde extérieur, que l’image éclairée de ce qui se passe au dehors vient se peindre sur la paroi intérieure. Cette approche métaphorique portant sur l’appareil photo permet de mieux rendre compte de la conception de l’opinion. Puisque, dans notre rapport au saint nous opérons une projection, nous manquons inéluctablement de vision holistique à l’image du photographe qui ne pointe son regard que sur son objectif. Voilà comment l’opinion s’assoit sur ceci, et sur ceci seulement pour en faire la vérité. Alors qu’en fait, en elle-même, cette opinion est une censure parce que le regard posé sur le sujet est, en quelque sorte, aveugle car ne voyant que ce qui, au fond, lui correspond, tout en manquant de porter attention au sujet en lui-même. On peut ainsi articuler métaphoriquement la pensée qui nait d’une telle projection comme faisant tache dans le discours logique. Peut-on d’ailleurs parler de discours logique quand ledit discours est fondé sur l’imaginaire d’une certaine configuration affective dont on devine le sujet ?

« Il n’y a que vous qui sachiez si vous êtes lâche, cruel ou dévotieux. Les autres ne vous voient point, ils vous devinent par conjecture incertaine » (Montaigne). Du Politique, n’est dès lors vrai que la fabrication de notre esprit. Cette image de saint devenue publique n’est en définitive qu’une représentation, une manifestation de la façon dont nous le devinons sans toutefois être au-dedans. Or, le dedans, à l’origine de la définition du Moi freudien, est capital pour éviter la confusion entre ce que nous pensons être et ce qui est. D’ailleurs Freud lui-même articule le dedans comme l’autre pendant du dehors. Quelque chose est alors soustraite de l’image qui se donne du politique. Et, il ne peut s’agir de rien d’autre si ce n’est cette tache qui, en dehors de toute sainteté, fait du politique un humain.

La tache ici, c’est ce qui se manifeste comme un trou. C’est-à-dire, une absence mais aussi en tant que le trou est par excellence la manifestation suprême de la vie. C’est une chose certaine, tout commence par un trou. Le considérer alors comme un élément essentiel et structurant dans l’appréhension de l’être du politique, de la même manière que le trou de la chambre noire permet de capturer une image, est fondamental. L’on ne peut nier qu’à plusieurs égards, l’image de saint dans notre société a beaucoup à avoir avec le rapport entretenu avec ce tout petit trou sans lequel rien n’est. Suivant l’attitude qu’on adopte à l’égard du trou, on produira toujours dans la chambre noire une image à l’opposé du trou si tant est qu’on est sous les feux de la rampe. Il semble alors que dans notre rapport au saint on n’appréhende le monde que du côté où est tourné le trou, ce qui est au-dehors se traduisant que comme image au-dedans. Ce qui implique que, devant l’infinité de l’univers des possibles, tout ce qui est au dehors puisse en principe prendre place à l’intérieur de la chambre. Il est pourtant manifeste que, si les petits trous se multipliaient, il n’y aurait plus nulle part aucune image.

Voilà comment le champ de la vision s’insère dans le désir et se manifeste non plus comme un prisme mais comme un manque plus radical, plus essentiel dans notre opinion du politique en tant qu’être sexué. Ce truchement par le champ de la vision, est le principe même de la tache car tout désir naît d’une contemplation qui, elle-même, a pour objet le trou grâce auquel le politique définit son appartenance sexuelle.

Quoiqu’on puisse alors dire de la sainteté du politique, il est tout simplement à retenir qu’un tel discours ne peut avoir aucune valeur tangible. Il est seulement regrettable et tout à fait ahurissant en définitive que l’image éclairée du dehors, par ce tout petit trou de la chambre noire de notre conscience, vienne à être le soubassement, à ce moment précis notre histoire contemporaine, d’un discours jouissant d’une telle prévalence au sein de l’opinion. En ne se prononçant pas sur cette histoire par peur d’invectives, nous ne pourrons donc réfuter cette projection faite pour soutenir cette idée de la représentation. Or, c’est bien de cette projection par le petit trou qui donne un tel avantage à la représentation que consiste, en fin de compte, le nœud secret de toute cette histoire.

Pierre Hamet BA, Le Souci de Soi, In Pensées inachevées. Ed. Premier, 2022.

Catégories
Mon Journal

LE SOUCI DE SOI: Le Saint et le Politique

II. PROJECTION. Fabriquons un Saint. Nous aimons les saints. Ils incarnent l’idée du pur, de la droiture. Cette pureté et cette droiture ancrées dans notre imaginaire que nous avons été amenés à reconnaître comme la forme aboutie de notre être. Or, les religions desquelles nous participons s’accordent toutes en ce qu’au commencement était le péché. Le mal, associé donc à l’impureté et à la déviance a, pour ainsi dire, précédé le bien. Ce qui, par ailleurs, est totalement cohérent car l’alternative du mal et du bien, de l’impur et du pur, de la droiture et de la déviance, est la quintessence même de notre existence. On ne peut donc penser le bien qu’en vertu d’une inéluctable nécessité du mal.

Cependant, le joug du système d’habitus social fortement empreint de religiosité au sein duquel nous menons notre existence oppresse tellement cette quintessence humaine que nous refoulons continuellement cette part d’impureté qui, pourtant, au commencement, était. Presque tout ce qui est charnel est interdit et donc rangé dans la catégorie d’indignité. Ce qui a pour effet une sorte de nihilisme ontologique qui suggère que, dans nos sociétés, l’être ne peut être qu’à condition de faire abstraction de soi, c’est-à-dire de son essence humaine. En d’autres termes, il faut être un être au sein duquel n’existe aucune place pour l’impureté. Mais un tel être serait inachevé, voire un non-être, car c’est précisément la dialectique réelle entre le bien et le mal dans les tréfonds de notre être qui offre à notre conscience cette responsabilité supérieure qui fonde notre humanité. Toute personne qui prétend alors être un saint ne le peut qu’à condition d’avoir été préalablement couverte du manteau de la religion.

Alors, quand bien même l’adage voudrait que l’habit ne fasse pas le moine, il n’y a tout de même pas de moine sans habit. Les habits dont je parle sont ici constitués de notre propre conception de ce que serait un saint, c’est-à-dire, sans toutefois s’y limiter : le respect apparent des préceptes de la spiritualité de laquelle nous participons ; la pratique rigoureuse des prédicats et des préceptes spirituels ; le degré d’assiduité dans les lieux de culte ; le discours à tenir ; le comportement à adopter ; ce qui peut être fait, qui est à faire, qu’il faut absolument faire ou tout simplement ce qui n’est pas à faire, qu’il ne faut pas du tout faire ; et, jusqu’à l’accoutrement, l’archétype du saint indélébilement imprimé dans notre fort intérieur.

Ainsi partant, toute personne qui se rapproche de la notion, somme toute subjective, que nous nous faisons de la sainteté sera un saint. Mais uniquement à nos yeux. Aux yeux d’autres personnes, les mêmes habits peuvent tout-à-fait valoir le contraire et, ce jugement sera tout aussi valable et valable de la même manière. Mais que ce soit pour nous comme pour les autres, nous ne faisons précisément que projeter notre notion de sainteté. Freud aurait parlé de transfert. Ce faisant, nous exemptons l’objet de notre projection de l’ambivalence de l’existence qui chancelle du bien au mal.

Fabriquer un saint consiste dès lors à projeter, voire transférer au sens freudien du terme, notre propre notion de sainteté sur l’objet de notre admiration. Et voilà, nous avons fabriqué un saint. Mais un saint qui n’a aucune pureté intrinsèque, seulement la réalité, notre propre réalité subjective, projetée sur lui. La pureté constitue en cela un but poursuivi mais jamais atteint. Ainsi partant, il devient évident, et nous le savons tous, qu’il y a peu ou prou de saints parmi nous. Est-ce donc un sacrilège que de reconnaître et d’admettre l’essence même de notre âme humaine ? Nous ne sommes pas des saints !

En ce sens, le parfum de sainteté qui embaume l’espace politique est nauséabond. Puisque, de ce qui précède, il est impossible d’imaginer un être au sein duquel ne règne que le bien et d’où le mal est proscrit, pour un être qui n’a pas l’expérience du mal, rien en lui ne mérite l’attribut de bien. Dans une parfaite égalité de valeur entre toutes les formes de l’être, toute valeur disparaîtrait tant et si bien qu’il n’y a pas d’appréhension d’un phénomène sans le dehors même du phénomène soumis à la réflexion. Comme l’ombre nous permet de percevoir la lumière et lui donne son prix, une chose n’existe que par notre capacité à la comparer à ce qu’elle n’est pas, son dehors, son opposé, bref, tout son contraire.

Le politique qui putréfie l’espace publique de son parfum pestilentiel de sainteté serait un non être s’il n’y avait pas en lui un brin de mal. Et c’est là justement que se pose avec une certaine acuité la nature du mal qu’on tente de dissimuler sous le caban de la sainteté.

Pierre Hamet BA, Le Souci de Soi, In Pensées inachevées. Ed. Premier, 2022.

Crédit photo : Ousmane Ndiaye Dago, collection Femme-Terre, 2002.

Catégories
Mon Journal

LE SOUCI DE SOI

I. LIBERTE. Presque toutes les personnes autour de moi m’ont imploré de ne point me prononcer sur cette affaire. Car, disent-ils : injures, offenses, insultes, affronts, outrages, mais aussi avanies, impolitesses, impertinences, railleries et menaces seront mon lot. L’on ne doit surtout pas le citer, si ce n’est pas pour le magnifier. Mais qui serais-je donc, si je devais me taire par crainte d’invectives ?

Je devrais alors dire adieu à la liberté contenue en moi et non en aucun autre. Taire ainsi ma liberté pour laisser s’exprimer celle des autres, c’est précisément me désapprouver et me condamner à l’inertie. Seulement, je n’ai pas d’espace pour ne pas agir. Je suis pour ainsi dire contraint à l’action car en agissant, je me réserve la possibilité de ne pas agir. N’est-ce donc pas là un vide au milieu du plein ? Effarant ! Et pourtant, c’est bien en cela que réside la liberté de penser.

Agir est la norme dans une société qui pense que penser, c’est tout simplement penser. C’est-à-dire, aligner des mots. Bien sûr, ceux qui défendent cet être de manière si émétique s’expriment avec insolence et indignité car leur but ultime n’est nul autre que d’humilier, par des phrases à marche forcée, pour ainsi obliger les populations à ne point s’exprimer.

Attaquer les personnalités et responsables politiques, les discréditer aux yeux des populations, soit à l’aide d’affaires montées, soit encore en révélant des malversations et comportements "scandaleux", participe de cette volonté d’engendrer la peur afin de paralyser les populations et de les empêcher de défendre leurs institutions. Il est bien évident que ces actions construisent une image négative des responsables politiques. Lorsqu’ils seront attaqués, se mobiliser pour les défendre aura alors le sens de prendre des risques, de faire des efforts pour des gens qui n’en valent pas la peine. Ce n’est pas nouveau. C’est exactement la conception classique de la propagande selon Alex Mucchielli.

Ce faisant, et à force de n’entendre qu’un seul son de cloche, tout le monde finira par penser que c’est le bon son. Faire ainsi de leur point de vue la seule vue possible, installer la terreur pour que nul ne voie autrement, est donc la finalité de toute cette excitation aux allures de propagande subversive. Qu’à cela ne tienne! Puisqu’en dehors de toute liberté, il n’est pas possible de penser ; et, puisque sans la liberté de penser, je ne m’enrichis pas de mon propre fond, je m’en vais ici penser en toute liberté. (…)

Pierre Hamet BA, Le Souci de Soi, In Pensées inachevées. Ed. Premier 2022.

Catégories
Mon Journal

LA MOSQUÉE N’EST PAS UN SIXIÈME PILIER DE L’ISLAM.

Le fanatisme religieux a ceci de particulier qu’il accorde une certaine pureté à la civilisation islamique. Or, lorsqu’il sagit de civilisation, il n’y a, du point de vue de l’évolution humaine, aucune pureté. Ainsi nomme-t-on le tapis de prière Sajada en Wolof. Or, étymologiquement le verbe arabe "Sîn-jJîm-Dâl" dont sont issus les termes "Sajada" (se prosterner); Masjid (mosquée); Jâmi (rassembler) de la racine "Jîm – Mîm – ‘ayn" qui donnera tout aussi le terme wolof "Jouma" dérivé de Masjîd al-jâmi‘; provient originellement de l’Araméen et désigne une stèle. Mais on le retrouvera plus tard au cours du Ve siecle en Nabatéen avec cette fois-ci le sens de lieu de culte. Les termes wolof Sajada, Jouma et Jaka bien que désignant trois choses inassimilables avec des charges affectives différentes, proviennent tous de la même racine pas du tout islamique et veulent originairement dire la même chose. L’emprunt est donc le propre de toute civilisation et les choses n’ont de significations que celles projetées sur elles. Il en est de même des mosquées. Comme n’importe quelle autre bâtisse, elles sont faites de sable, de ciment, de béton et de fer. Elles n’ont de portées sacrées que celles projetées sur elles. A Cordoue où se tiennent les rencontres annuelles islamo-chrétiennes, la même bâtisse sert concomitamment de mosquée et d’église. On l’appelle alors mosquée-cathédrale, témoin des civilisations qui se sont succédées dans la région depuis des millénaires. Les connaissances accumulées en art islamique et en architecture anté-islamique ont démontré l’origine des formes architecturales de nos mosquées contemporaines qui ne sont ni une prescription divine, ni une invention musulmane, encore moins un sixième pilier de l’islam. A vrai dire, si Dieu est si magnanime, si clément et si miséricordieux qu’il est dit dans le Saint Coran, il n’a point besoin du bovarysme des imams et de l’insolente richesse qui orne les murs de nos mosquées pour exhaucer les prières des gens pauvres qui s’y prosternent. Il n’y a par ailleurs que très peu d’éléments dans le Saint Coran qui parlent nommément de mosquée et lorsqu’on y évoque le lieu de culte c’est pour faire référence à la Ka’aba. D’ailleurs notre prophète PSL n’a-t-il pas dit que toute la Terre est une mosquée sauf les cimetières et les lieux d’aisance: « la Terre m’a été rendue lieu de prière et pure. Quiconque parmi les hommes de ma communauté atteindra l’heure de la prière aura un lieu de prière et de pureté ». S’il y a donc un risque de forte propagation du coronavirus, il n’y a, du point de vue de l’islam, aucun inconvénient à ne pas tenir la prière de l’Aïd el-Kebir. C’est une question de responsabilité.

Pierre Hamet BA.

Catégories
Mon Journal

LA DANSE DES PERVERS

Honte à vous qui dansez pendant que le pays s’embrase. Ce n’est pas une affaire politique. Le Sénégal est en proie à des émeutes de la faim que des politiciens calculateurs, manipulateurs, sans scrupule et prêt à tout pour parvenir à leurs fins, tentent de récupérer en faisant du mis en cause, dans une affaire opposant deux citoyens d’égale dignité devant la Loi, leur ascenseur…

De toute l’histoire c’est bien la première fois qu’un individu se disant victime de calomnie n’est tout de même pas pressé d’aller laver son honneur si tant est qu’il est réellement exempt de tout soupçon.

Que les gens aient faim au point de s’adonner à des rasias de biens privés est une chose qui mérite attention. Mais que des individus usent de leur influence qui n’est toutefois acquise que par leur assiduité dans les médias pour berner un peuple ignorant dans sa grande majorité est un acte indigne de notre intelligence.

Et chacun de nous, parce qu’ayant accès à des médiums d’expression à l’impact presque universel, soit par le mutisme, soit par les commentaires et publications sur les réseaux sociaux, soit par l’attitude de spectateur, est responsable des dérives populaires qui portent atteinte à la stabilité, à la démocratie et à la paix sociale.

Ne demandons pas au peuple de porter les ambitions de personnes à la moralité douteuse et dont l’unique ambition est de s’enrichir en s’emparant des leviers du pouvoir pour ainsi assouvir leur prétention histrionique.

Soyons Responsables.

Catégories
Mon Journal

MACKY SALL, ÉCOUTE-MOI TRÈS BIEN !

Le miracle africain est un sophisme. Si l’Afrique s’en sort mieux que les autres continents ce n’est pas du fait, comme certains le prétendent, que l’africain est presque un cousin lointain mais intime des virus avec lesquels il rythme son existence au quotidien. Ce n’est non plus grâce au climat africain. Car les températures observées sur notre continent existent tout aussi dans les autres parties du monde sans que cela n’ait une incidence négative réelle sur le taux de prévalence du coronavirus dans ces contrées lointaines. Même si les données démographiques servent principalement d’arguments pour tenter d’expliquer la raison pour laquelle l’hécatombe africaine annoncée n’a pas eu lieu, du moins pour le moment, je pense qu’il y a tout autre chose à l’œuvre qui n’est ni fortuite, ni empirique, ni ex nihilo. Pour peu qu’on s’y penche sérieusement alors, on s’en rendra bien compte. On pourrait ainsi expliquer le très faible taux de létalité du coronavirus en Afrique et s’en servir comme base d’orientation d’une réflexion scientifique rigoureuse locale et historicisée plutôt que globale et universelle voire universalisante sur la prise en charge de la pandémie en Afrique.

Une telle approche pourrait nous permettre de répondre à la question de savoir si nous avons vraiment besoin d’un vaccin qui, non seulement, ne nous immunise pas ; mais aussi et surtout, ne nous dispense pas du port de masque, de la distanciation sociale, de la désinfection régulière des mains ; pas plus qu’il nous rend résistant au virus et nous empêche d’être contagieux quand bien même nous serions asymptomatiques. A quoi bon alors un vaccin qui ne procure aucune immunité, incapable donc de nous empêcher de contracter le virus, de le transmette ou d’en mourir. Bref ! Un vaccin qui ne permet pas à notre système d’habitus social de poursuivre son cours après l’ouverture de la parenthèse pandémique. La seule propriété du vaccin, nous dit-on, est de nous empêcher d’en mourir en donnant à notre système immunitaire une information calibrée qui lui permettra de combattre le coronavirus avec ses propres moyens. Mais comment meurt-on à proprement parler du coronavirus ?

Qu’on se situe en anthropozoologie, en phylogénétique, en virologie, en immunologie, en hépatologie, en neurologie, en néphrologie, en cardiologie ou encore en anatomopathologie, un phénomène d’hyper-inflammation de l’organisme aussi appelé orage de cytokines est, d’après les récentes recherches sur la physiopathologie du coronavirus (SARS-CoV-2), responsable des cas sévères et partant, de la mortalité (voir références ci-dessous). Cette frénétique hyper-inflammation de notre système immunitaire engendre une cascade d’effets délétères dont une baisse brutale de la tension artérielle, des œdèmes pulmonaires, des détresses respiratoires aiguës ou encore une diminution de la force contractile du muscle cardiaque conduisant ainsi à la mort. En d’autres termes, dans le cas de la Covid-19, c’est notre propre système immunitaire qui nous tue en produisant plus d’anticorps qu’il ne devrait.

Si alors en Afrique les cas sévères ne font pas légion, c’est que quelque chose qui n’est pas d’ordre génétique car les africains n’ont pas tous les mêmes gènes ; qui va au-delà des considérations démographiques, celles-ci n’étant pas uniformes sur tous les terroirs africains ; qui n’est tout aussi pas, comme certains le prétendent, une immunité acquise au fil du temps à la suite des multiples épidémies récurrentes qui gangrènent le continent ; freine, voire empêche l’orage de cytokines au sein de notre organisme en agissant comme un immunosuppresseur. Cela veut donc dire, et il ne saurait en être autrement, qu’il doit y avoir, si ce n’est qu’il y a forcément une explication scientifique plausible à la résistance dont l’Afrique fait montre face à la pandémie qui, de plus en plus, tend à devenir une endémie. Ce sera l’objet de ma prochaine publication…

Il n’est donc pas indispensable, au-delà des capacités d’accueil limitées de nos hôpitaux, d’entraver les libertés individuelles en se couvrant du manteau de la loi ; de paralyser tous les secteurs économiques et d’hypothéquer l’avenir de nos enfants, et partant, celui du pays tout entier en plombant le système éducatif déjà fortement affecté par les décisions infructueuses, dont on sait maintenant qu’elles n’étaient pas du tout nécessaires, de fermer les écoles en mars 2020, de décaisser mille milliards dont nous ne voyons l’impact ni sur l’économie nationale, ni sur les infrastructures sanitaires et médicales. Toutes les actions entreprises depuis le début de cette crise sanitaire n’ont pas relevé d’un seul iota le niveau de vie du Sénégalais. Au contraire, tout se passe comme si le coronavirus avait atteint tous les secteurs du pays mais pas les citoyens. Couvrez-vous donc de la houppelande de la science. Elle vous conduira sereinement sur le sentier des solutions inédites, cohérentes et satisfaisantes à même de relancer notre économie tout en contenant ce que nous devons maintenant considérer comme une endémie. Bien sûr, je vous dirais pourquoi car le comment ne saurait être l’apanage de mon seul être mais le fruit d’une démarche scientifique concertée, pluridisciplinaire, transversale et holistique.

Pierre Hamet BA.

NB: Ce texte émane de recherches et d’études scientifiques que j’ai entreprises depuis le début de la pandémie SARS-CoV-2. Pour les besoins du format et pour en faciliter la lecture par un plus large public, je l’ai dépouillé de ses parties techniques et spécifiques à la médecine sans pour autant en altérer la quintessence dont les références ci-dessous constituent le fondement.

Références

1. Zhu N., Zhang D., Wang W., Li X., Yang B., Song J. A novel coronavirus from patients with pneumonia in China, 2019. N Engl J Med. 2020; 382(8):727–733.

2. Wu Y., Ho W., Huang Y., Jin D.Y., Li S., Liu S.L. SARS-CoV-2 is an appropriate name for the new coronavirus. Lancet. 2020;395(10228):949–950.

3. Wong G., Liu W., Liu Y., Zhou B., Bi Y., Gao G.F. MERS, SARS, and Ebola: the role of super-spreaders in infectious disease. Cell Host Microbe. 2015;18(4):398–401.

4. Zhou P., Yang X.L., Wang X.G., Hu B., Zhang L., Zhang W. A pneumonia outbreak associated with a new coronavirus of probable bat origin. Nature. 2020;579(7798):270–273

5. Guan W., Ni Z., Hu Y., Liang W., Ou C., He J. Clinical characteristics of coronavirus disease 2019 in China. N Engl J Med. 2020;382(18):1708–1720.

6. Huang C., Wang Y., Li X., Ren L., Zhao J., Hu Y. Clinical features of patients infected with 2019 novel coronavirus in Wuhan, China. Lancet. 2020;395:497–506.

7. Li H., Liu L., Zhang D., Xu J., Dai H., Tang N. SARS-CoV-2 and viral sepsis: observations and hypotheses. Lancet. 2020;395(10235):1517–1520.

8. Remy K.E., Brakenridge S.C., Francois B., Daix T., Deutschman C.S., Monneret G. Immunotherapies for COVID-19: lessons learned from sepsis. Lancet Respir Med. 2020:0.

9. Cui J., Li F., Shi Z.-L. Origin and evolution of pathogenic coronaviruses. Nat Rev Microbiol. 2019;17:181–192.

10. Yin Y., Wunderink R.G. MERS, SARS and other coronaviruses as causes of pneumonia. Respirology. 2018;23:130–137.

11. Ren L.-L., Wang Y.-M., Wu Z.-Q., Xiang Z.-C., Guo L., Xu T. Identification of a novel coronavirus causing severe pneumonia in human: a descriptive study. Chin Med J (Engl) 2020;133(9):1015–1024.

12. Wu F., Zhao S., Yu B., Chen Y.-M., Wang W., Song Z.-G. A new coronavirus associated with human respiratory disease in China. Nature. 2020;579:259–265.

13. De Wilde A.H., Snijder E.J., Kikkert M., van Hemert M.J. Host factors in coronavirus replication. Curr Top Microbiol Immunol. 2018;419:1–42.

14. Wrapp D., Wang N., Corbett K.S., Goldsmith J.A., Hsieh C.-L., Abiona O. Cryo-EM structure of the 2019-nCoV spike in the prefusion conformation. Science. 2020;367:1260–1263.

15. De Wit E., van Doremalen N., Falzarano D., Munster V.J. SARS and MERS: recent insights into emerging coronaviruses. Nat Rev Microbiol. 2016;14:523–534.

16. Zhang T., Wu Q., Zhang Z. Probable pangolin origin of SARS-CoV-2 associated with the COVID-19 outbreak. Curr Biol. 2020;30:1346–1351.

17. Lam T.T.-Y., Shum M.H.-H., Zhu H.-C., Tong Y.-G., Ni X.-B., Liao Y.-S. Identifying SARS-CoV-2 related coronaviruses in Malayan pangolins. Nature. 2020 DOI : 10.1038/s41586-020-2169-0.

18. Wang Q., Zhang Y., Wu L., Niu S., Song C., Zhang Z. Structural and functional basis of SARS-CoV-2 entry by using human ACE2. Cell. 2020 DOI : 10.1016/j.cell.2020.03.045.

19. Xiao K., Zhai J., Feng Y., Zhou N., Zhang X., Zou J.-J. Isolation of SARS-CoV-2-Related coronavirus from Malayan pangolins. Nature. 2020 DOI : 10.1038/s41586-020-23136-x.

20. Tang X, Wu C, Li X, Song Y, Yao X, Wu X, et al. On the origin and continuing evolution of SARS-CoV-2. Natl Sci Rev. https://doi.org/10.1093/nsr/nwaa036.

21. Van Doremalen N., Bushmaker T., Morris D.H., Holbrook M.G., Gamble A., Williamson B.N. Aerosol and surface stability of SARS-CoV-2 as compared with SARS-CoV-1. N Engl J Med. 2020;382(16):1564–1567.

22. Wölfel R., Corman V.M., Guggemos W., Seilmaier M., Zange S., Müller M.A. Virological assessment of hospitalized patients with COVID-2019. Nature. 2020 DOI : 10.1038/s41586-020-2196-x.

23. Lescure F.-X., Bouadma L., Nguyen D., Parisey M., Wicky P.-H., Behillil S. Clinical and virological data of the first cases of COVID-19 in Europe: a case series. Lancet Infect Dis. 2020 DOI : 10.1016/S1473-3099(20)30200-0.

24. Wang W., Xu Y., Gao R., Lu R., Han K., Wu G. Detection of SARS-CoV-2 in different types of clinical specimens. JAMA. 2020:e203786. DOI : 10.1001/jama.2020.3786.

25. Zheng S., Fan J., Yu F., Feng B., Lou B., Zou Q. Viral load dynamics and disease severity in patients infected with SARS-CoV-2 in Zhejiang province, China, January-March 2020: retrospective cohort study. BMJ. 2020:m1443.

26. Lamers M.M., Beumer J., van der Vaart J., Knoops K., Puschhof J., Breugem T.I. SARS-CoV-2 productively infects human gut enterocytes. Science. 2020 DOI : 10.1126/science.abc1669.

27. Dong L., Tian J., He S., Zhu C., Wang J., Liu C. Possible vertical transmission of SARS-CoV-2 from an infected mother to her newborn. JAMA. 2020:e204621. DOI : 10.1001/jama.2020.4621.

28. Hoffmann M., Kleine-Weber H., Schroeder S., Krüger N., Herrler T., Erichsen S. SARS-CoV-2 cell entry depends on ACE2 and TMPRSS2 and is blocked by a clinically proven protease inhibitor. Cell. 2020 [S0092867420302294]

29. Coutard B., Valle C., de Lamballerie X., Canard B., Seidah N.G., Decroly E. The spike glycoprotein of the new coronavirus 2019-nCoV contains a furin-like cleavage site absent in CoV of the same clade. Antiviral Res. 2020;176:104742.

30. Walls A.C., Park Y.-J., Tortorici M.A., Wall A., McGuire A.T., Veesler D. Structure, function, and antigenicity of the SARS-CoV-2 Spike glycoprotein. Cell. 2020;181(2)

31. Wang X., Xu W., Hu G., Xia S., Sun Z., Liu Z. SARS-CoV-2 infects T lymphocytes through its spike protein-mediated membrane fusion. Cell Mol Immunol. 2020:1–3.

32. Pécheur È.-I., Polyak S.J. The synthetic antiviral drug arbidol inhibits globally prevalent pathogenic viruses. Med Sci MS. 2016;32:1056–1059.

33. Khamitov R.A., Loginova S.I., Shchukina V.N., Borisevich S.V., Maksimov V.A., Shuster A.M. Antiviral activity of arbidol and its derivatives against the pathogen of severe acute respiratory syndrome in the cell cultures. Vopr Virusol. 2008;53:9–13.

34. Wang M., Cao R., Zhang L., Yang X., Liu J., Xu M. Remdesivir and chloroquine effectively inhibit the recently emerged novel coronavirus (2019-nCoV) in vitro. Cell Res. 2020;30:269–271.

35. Yao X., Ye F., Zhang M., Cui C., Huang B., Niu P. In vitro antiviral activity and projection of optimized dosing design of hydroxychloroquine for the treatment of severe acute respiratory syndrome coronavirus 2 (SARS-CoV-2) Clin Infect Dis. 2020:ciaa237. DOI: 10.1093/cid/ciaa237.

36. Al-Bari M.A.A. Chloroquine analogues in drug discovery: new directions of uses, mechanisms of actions and toxic manifestations from malaria to multifarious diseases. J Antimicrob Chemother. 2015;70:1608–1621.

37. Vincent M.J., Bergeron E., Benjannet S., Erickson B.R., Rollin P.E., Ksiazek T.G. Chloroquine is a potent inhibitor of SARS coronavirus infection and spread. Virol J. 2005;2:69.

38. Gautret P., Lagier J.-C., Parola P., Hoang V.T., Meddeb L., Mailhe M. Hydroxychloroquine and azithromycin as a treatment of COVID-19: results of an open-label non-randomized clinical trial. Int J Antimicrob Agents. 2020;49:1059.

39. Molina J.M., Delaugerre C., Le Goff J., Mela-Lima B., Ponscarme D., Goldwirt L. No evidence of rapid antiviral clearance or clinical benefit with the combination of hydroxychloroquine and azithromycin in patients with severe COVID-19 infection. Med Mal Infect. 2020 DOI : 10.1016/j.medmal.2020.03.006.

40. Geleris J., Sun Y., Platt J., Zucker J., Baldwin M., Hripcsak G. Observational study of hydroxychloroquine in hospitalized patients with Covid-19. N Engl J Med. 2020 DOI : 10.1056/NEJMoa2012410.

41. Borba M.G.S., Val F.F.A., Sampaio V.S., Alexandre M.A.A., Melo G.C., Brito M. Effect of high vs. low doses of chloroquine diphosphate as adjunctive therapy for patients hospitalized with Severe Acute Respiratory Syndrome coronavirus 2 (SARS-CoV-2) infection: a randomized clinical trial. JAMA Netw Open. 2020;3:e208857.

42. De Wilde A.H., Jochmans D., Posthuma C.C., Zevenhoven-Dobbe J.C., van Nieuwkoop S., Bestebroer T.M. Screening of an FDA-approved compound library identifies four small-molecule inhibitors of Middle East Respiratory Syndrome Coronavirus Replication in cell culture. Antimicrob Agents Chemother. 2014;58:4875–4884.

43. Changeux J-P, Amoura Z, Rey FA, Miyara M. A nicotinic hypothesis for Covid-19 with preventive and therapeutic implications. https://doi.org/10.32388/FXGQSB.

44. Stockman L.J., Bellamy R., Garner P. SARS: systematic review of treatment effects. PLoS Med. 2006;3(9):e343.

45. Choy K.-T., Wong A.Y.-L., Kaewpreedee P., Sia S.F., Chen D., Hui K.P.Y. Remdesivir, lopinavir, emetine, and homoharringtonine inhibit SARS-CoV-2 replication in vitro. Antiviral Res. 2020;178:104786.

46. Cao B., Wang Y., Wen D., Liu W., Wang J., Fan G. A trial of Lopinavir–Ritonavir in adults hospitalized with severe Covid-19. N Engl J Med. 2020;382(19):1787–1799.

47. Johnson & Johnson; 2020. Lack of evidence to support use of darunavir-based treatments for SARS-CoV-2.https://www.jnj.com/lack-of-evidence-to-support-darunavir-based-hiv-treatments-for-coronavirus

48. Agostini M.L., Andres E.L., Sims A.C., Graham R.L., Sheahan T.P., Lu X. Coronavirus susceptibility to the antiviral remdesivir (gs-5734) is mediated by the viral polymerase and the proofreading exoribonuclease. mBio. 2018;9(2) e00221–18.

49. Wang Y., Zhang D., Du G., Du R., Zhao J., Jin Y. Remdesivir in adults with severe COVID-19: a randomised, double-blind, placebo-controlled, multicentre trial. Lancet. 2020:2–9. DOI : 10.1016/S0140-6736(20)31022-9.

50. Grein J., Ohmagari N., Shin D., Diaz G., Asperges E., Castagna A. Compassionate Use of remdesivir for patients with severe Covid-19. N Engl J Med. 2020 DOI : 10.1056/NEJMoa2007016.

51. Channappanavar R., Fehr A.R., Vijay R., Mack M., Zhao J., Meyerholz D.K. Dysregulated type I interferon and inflammatory monocyte-macrophage responses cause lethal pneumonia in SARS-CoV-infected mice. Cell Host Microbe. 2016;19:181–193.

52. Siddiqi H.K., Mehra M.R. COVID-19 illness in native and immunosuppressed states: a clinical-therapeutic staging proposal. J Heart Lung Transplant. 2020;39(5):405–407.

53. Hadjadj J., Yatim N., Barnabei L., Corneau A., Boussier J., Pere H. Impaired type I interferon activity and exacerbated inflammatory responses in severe Covid-19 patients. MedRxiv. 2020 DOI : 10.1101/2020.04.19.20068015.

54. Kuba K., Imai Y., Rao S., Gao H., Guo F., Guan B. A crucial role of angiotensin converting enzyme 2 (ACE2) in SARS coronavirus–induced lung injury. Nat Med. 2005;11:875–879.

55. Singh A.K., Gupta R., Misra A. Comorbidities in COVID-19: Outcomes in hypertensive cohort and controversies with renin angiotensin system blockers. Diabetes Metab Syndr Clin Res Rev. 2020;14:283–287.

56. Vaduganathan M., Vardeny O., Michel T., McMurray J.J.V., Pfeffer M.A., Solomon S.D. Renin–angiotensin–aldosterone system inhibitors in patients with Covid-19. N Engl J Med. 2020;382(17):1653–1659.

57. Liu Y., Yang Y., Zhang C., Huang F., Wang F., Yuan J. Clinical and biochemical indexes from 2019-nCoV infected patients linked to viral loads and lung injury. Sci China Life Sci. 2020;63:364–374.

58. Mehra M.R., Desai S.S., Kuy S., Henry T.D., Patel A.N. Cardiovascular disease, drug therapy, and mortality in Covid-19. N Engl J Med. 2020 DOI : 10.1056/NEJMoa2007621.

59. Reynolds H.R., Adhikari S., Pulgarin C., Troxel A.B., Iturrate E., Johnson S.B. Renin–angiotensin–aldosterone system inhibitors and risk of Covid-19. N Engl J Med. 2020 DOI : 10.1056/NEJMoa2008975.

60. Mancia G., Rea F., Ludergnani M., Apolone G., Corrao G. Renin–angiotensin–aldosterone system blockers and the risk of Covid-19. N Engl J Med. 2020 DOI : 10.1056/NEJMoa2006923.

61. Allison S.J. SARS-CoV-2 infection of kidney organoids prevented with soluble human ACE2. Nat Rev Nephrol. 2020;1 DOI : 10.1038/s41581-020-0291-8.

62. Finlay B.B., McFadden G. Anti-immunology: evasion of the host immune system by bacterial and viral pathogens. Cell. 2006;124:767–782.

63. Vabret N., Britton G.J., Gruber C., Hegde S., Kim J., Kuksin M. Immunology of COVID-19: current state of the science. Immunity. 2020 DOI : 10.1016/j.immuni.2020.05.002.

64. Stetson D.B., Medzhitov R. Type I interferons in host defense. Immunity. 2006;25:373–381.

65. Commins S.P., Borish L., Steinke J.W. Immunologic messenger molecules: cytokines, interferons, and chemokines. J Allergy Clin Immunol. 2010;125:S53–S72.

66. Versteeg G.A., Bredenbeek P.J., van den Worm S.H.E., Spaan W.J.M. Group 2 coronaviruses prevent immediate early interferon induction by protection of viral RNA from host cell recognition. Virology. 2007;361:18–26.

67. Snijder E.J., van der Meer Y., Zevenhoven-Dobbe J., Onderwater J.J.M., van der Meulen J., Koerten H.K. Ultrastructure and origin of membrane vesicles associated with the severe acute respiratory syndrome coronavirus replication complex. J Virol. 2006;80:5927–5940.

68. Hu Y., Li W., Gao T., Cui Y., Jin Y., Li P. The severe acute respiratory syndrome coronavirus nucleocapsid inhibits type I interferon production by interfering with TRIM25-mediated RIG-I ubiquitination. J Virol. 2017:91.

69. Züst R., Cervantes-Barragan L., Habjan M., Maier R., Neuman B.W., Ziebuhr J. Ribose 2′-O-methylation provides a molecular signature for the distinction of self and non-self mRNA dependent on the RNA sensor Mda5. Nat Immunol. 2011;12:137–143.

70. Barber G.N., STING: infection, inflammation and cancer. Nat Rev Immunol. 2015;15:760–770.

71. Mesev E.V., LeDesma R.A., Ploss A. Decoding type I and III interferon signalling during viral infection. Nat Microbiol. 2019;4:914–924.

72. Devaraj S.G., Wang N., Chen Z., Chen Z., Tseng M., Barretto N. Regulation of IRF-3-dependent innate immunity by the papain-like protease domain of the severe acute respiratory syndrome coronavirus. J Biol Chem. 2007;282:32208–32221.

73. Yang Y., Zhang L., Geng H., Deng Y., Huang B., Guo Y. The structural and accessory proteins M, ORF 4a. ORF 4b, and ORF 5 of Middle East respiratory syndrome coronavirus (MERS-CoV) are potent interferon antagonists. Protein Cell. 2013;4:951–961.

74. Minakshi R., Padhan K., Rani M., Khan N., Ahmad F., Jameel S., The S.A.R.S. Coronavirus 3a protein causes endoplasmic reticulum stress and induces ligand-independent downregulation of the type 1 interferon receptor. PloS One. 2009;4:e8342.

75. Wathelet M.G., Orr M., Frieman M.B., Baric R.S. Severe acute respiratory syndrome coronavirus evades antiviral signaling: role of nsp1 and rational design of an attenuated strain. J Virol. 2007;81:11620–11633.

76. Frieman M., Ratia K., Johnston R.E., Mesecar A.D., Baric R.S. Severe acute respiratory syndrome coronavirus papain-like protease ubiquitin-like domain and catalytic domain regulate antagonism of IRF3 and NF-kappaB signaling. J Virol. 2009;83:6689–6705.

77. Menachery V.D., Gralinski L.E., Mitchell H.D., Dinnon K.H., Leist S.R., Yount B.L. Middle East respiratory syndrome coronavirus nonstructural protein 16 is necessary for interferon resistance and viral pathogenesis. mSphere. 2017;2(6):e00317–e00346.

78. Canton J., Fehr A.R., Fernandez-Delgado R., Gutierrez-Alvarez F.J., Sanchez-Aparicio M.T., García-Sastre A. MERS-CoV 4b protein interferes with the NF-κB-dependent innate immune response during infection. PLoS Pathog. 2018;14:e1006838.

79. Angeletti S., Benvenuto D., Bianchi M., Giovanetti M., Pascarella S., Ciccozzi M. COVID-2019: the role of the nsp2 and nsp3 in its pathogenesis. J Med Virol. 2020

80. Wang C., Liu Z., Chen Z., Huang X., Xu M., He T. The establishment of reference sequence for SARS-CoV-2 and variation analysis. J Med Virol. 2020.

81. Gordon D.E., Jang G.M., Bouhaddou M., Xu J., Obernier K., White K.M. A SARS-CoV- 2 protein interaction map reveals targets for drug repurposing. Nature. 2020 DOI : 10.1038/s41586-020-2286-9.

82. Zhou P., Tachedjian M., Wynne J.W., Boyd V., Cui J., Smith I. Contraction of the type I IFN locus and unusual constitutive expression of IFN- in bats. Proc Natl Acad Sci USA. 2016;113:2696–2701.

83. Wang D., Hu B., Hu C., Zhu F., Liu X., Zhang J. Clinical characteristics of 138 hospitalized patients with 2019 novel coronavirus–infected pneumonia in Wuhan, China. JAMA. 2020;323:1061–1069.

84. Blanco-Melo D, Nilsson-Payant BE, Liu W-C, Uhl S, Møller R, Jordan TX, et al. Imbalanced host response to SARS-CoV-2 drives development of COVID-19. Cell. 2020;S0092-8674(20) doi:10.1016/j.cell.2020.04.026

85. Zhou Z, Ren L, Zhang L, Zhong J, Xiao Y, Jia Z, et al. Overly Exuberant Innate Immune Response to SARS-CoV-2 Infection.(2020). Overly Exuberant Innate Immune Response to SARS-CoV-2 Infection. SSRN Electronic Journal. 10.2139/ssrn.3551623

86. Hadjadj J, Nader Yatim, Barnabei L, Corneau A, Boussier J, Pere H, et al. Impaired type I interferon activity and exacerbated inflammatory responses in severe Covid-19 patients https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.04.19.20068015v1. Posted April 23, 2020 and Accessed April 27, 2020

87. Zhou F., Yu T., Du R., Fan G., Liu Y., Liu Z. Clinical course and risk factors for mortality of adult inpatients with COVID-19 in Wuhan, China: a retrospective cohort study. Lancet. 2020 [S0140673620305663]

88. Wang W., Ye L., Ye L., Li B., Gao B., Zeng Y. Up-regulation of IL-6 and TNF-alpha induced by SARS-coronavirus spike protein in murine macrophages via NF-kappaB pathway. Virus Res. 2007;128:1–8.

89. Haga S., Yamamoto N., Nakai-Murakami C., Osawa Y., Tokunaga K., Sata T. Modulation of TNF-alpha-converting enzyme by the spike protein of SARS-CoV and ACE2 induces TNF-alpha production and facilitates viral entry. Proc Natl Acad Sci USA. 2008;105:7809–7814.

90. Mehta P., McAuley D.F., Brown M., Sanchez E., Tattersall R.S., Manson J.J. COVID-19: consider cytokine storm syndromes and immunosuppression. Lancet. 2020;395:1033–1034.

91. Boudewijns R., Thibaut H.J., Kaptein S.J.F., Li R., Vergote V., Seldeslachts L. STAT2 signaling as double-edged sword restricting viral dissemination but driving severe pneumonia in SARS-CoV-2 infected hamsters. BioRxiv. 2020 DOI : 10.1101/2020.04.23.056838.

92. Ziegler C, Allon SJ, Nyquist SK, Mbano I, Miao VN, Cao Y, et al. SARS-CoV-2 Receptor ACE2 is an interferon-stimulated gene in human airway epithelial cells and is enriched in specific cell subsets across tissues.Cell. 2020;S0092-8674(20)30500-6. doi:10.1016/j.cell.2020.04.035

93. Qin C., Zhou L., Hu Z., Zhang S., Yang S., Tao Y. Dysregulation of immune response in patients with COVID-19 in Wuhan, China. Clin Infect Dis. 2020 DOI : 10.1093/cid/ciaa248.

94. Zheng M., Gao Y., Wang G., Song G., Liu S., Sun D. Functional exhaustion of Antiviral lymphocytes in COVID-19 patients. Cell Mol Immunol. 2020;17(5):533–535.

95. Zhao J., Yuan Q., Wang H., Liu W., Liao X., Su Y. Antibody responses to SARS-CoV-2 in patients of novel coronavirus disease 2019. Clin Infect Dis. 2020 DOI : 10.1093/cid/ciaa344.

96. To K.K.-W., Tsang O.T.-Y., Leung W.-S., Tam A.R., Wu T.-C., Lung D.C. Temporal profiles of viral load in posterior oropharyngeal saliva samples and serum antibody responses during infection by SARS-CoV-2: an observational cohort study. Lancet Infect Dis. 2020;20(5):565–574.

97. Guo L., Ren L., Yang S., Xiao M., Chang D., Yang F. Profiling early humoral response to diagnose novel coronavirus disease (COVID-19) Clin Infect Dis. 2020 DOI : 10.1093/cid/ciaa310.

98. Grzelak L., Temmam S., Planchais C., Demeret C., Huon C., Guivel F. SARS-CoV-2 serological analysis of COVID-19 hospitalized patients, pauci-symptomatic individuals and blood donors. medRxiv. 2020 DOI : 10.1101/2020.04.21.20068858.

99. Shen C., Wang Z., Zhao F., Yang Y., Li J., Yuan J. Treatment of 5 critically ill patients with COVID-19 with convalescent plasma. JAMA. 2020;323(16):1582–1589.

100. Luo F., Liao F.-L., Wang H., Tang H.-B., Yang Z.-Q., Hou W. Evaluation of antibody-dependent enhancement of SARS-CoV infection in rhesus macaques immunized with an inactivated SARS-CoV vaccine. Virol Sin. 2018;33:201–204.

101. Ju B., Zhang Q., Ge X., Wang R., Yu J., Shna S. Potent human neutralizing antibodies elicited by SARS-CoV-2 infection. bioRxiv. 2020 DOI : 10.1101/2020.03.21.990770.

102. Sacre K., Criswell L.A., McCune J.M. Hydroxychloroquine is associated with impaired interferon-alpha and tumor necrosis factor-alpha production by plasmacytoid dendritic cells in systemic lupus erythematosus. Arthritis Res Ther. 2012;14:R155.

103. Namiuchi S., Kumagai S., Imura H., Suginoshita T., Hattori T., Hirata F. Quinacrine inhibits the primary but not secondary proliferative response of human cytotoxic T cells to allogeneic non-T cell antigens. J Immunol. 1984;132(3):1456–1461.

104. Goldman F.D., Gilman A.L., Hollenback C., Kato R.M., Premack B.A., Rawlings D.J. Hydroxychloroquine inhibits calcium signals in T cells: a new mechanism to explain its immunomodulatory properties. Blood. 2000;95:3460–3466.

105. Picot S., Peyron F., Vuillez J.P., Polack B., Ambroise-Thomas P. Chloroquine inhibits tumor necrosis factor production by human macrophages in vitro. J Infect Dis. 1991;164:830.

106. Fordham J.N., Kirwan J., Cason J., Currey H.L. Prolonged reduction in Polymorphonuclear adhesion following oral colchicine. Ann Rheum Dis. 1981;40:605–608.

107. Chae J.J., Wood G., Richard K., Jaffe H., Colburn N.T., Masters S.L. The familial Mediterranean fever protein, pyrin, is cleaved by caspase-1 and activates NF-kappaB through its N-terminal fragment. Blood. 2008;112:1794–1803.

108. Ni Y.-N., Chen G., Sun J., Liang B.-M, Liang Z.-A. The effect of corticosteroids on mortality of patients with influenza pneumonia: a systematic review and meta-analysis. Crit Care. 2019;23(1):99.

109. Guilpain P., Chanseaud Y., Tamby M.C., Larroche C., Guillevin L., Kaveri S.V. Effets immunomodulateurs des immunoglobulines intraveineuses. Presse Med. 2004;33(17):1183–1194.

110. Richardson P., Griffin I., Tucker C., Smith D., Oechsle O., Phelan A. Baricitinib as potential treatment for 2019-nCoV acute respiratory disease. Lancet. 2020;395:e30–e31.

111. Kuzmich N.N., Sivak K.V., Chubarev V.N., Porozov Y.B., Savateeva-Lyubimova T.N., Peri F. TLR4 signaling pathway modulators as potential therapeutics in inflammation and sepsis. Vaccines. 2017;5(4):34.

112. Du L., He Y., Zhou Y., Liu S., Zheng B.-J., Jiang S. The spike protein of SARS-CoV–a target for vaccine and therapeutic development. Nat Rev Microbiol. 2009;7:226–236.

113. Wang Q., Wong G., Lu G., Yan J., Gao G.F. MERS-CoV spike protein: targets for vaccines and therapeutics. Antiviral Res. 2016;133:165–177.

114. Wang N., Shang J., Jiang S., Du L. Subunit vaccines against emerging pathogenic human coronaviruses. Front Microbiol. 2020;11:298.

115. Wu L.-P., Wang N.-C., Chang Y.-H., Tian X.-Y., Na D.-Y., Zhang L.-Y. Duration of antibody responses after severe acute respiratory syndrome. Emerg Infect Dis. 2007;13:1562.

116. Channappanavar R., Fett C., Zhao J., Meyerholz D.K., Perlman S. Virus-specific memory CD8 T cells provide substantial protection from lethal severe acute respiratory syndrome coronavirus infection. J Virol. 2014;88:11034–11044.

117. Tian X., Li C., Huang A., Xia S., Lu S., Shi Z. Potent binding of 2019 novel coronavirus spike protein by a SARS coronavirus-specific human monoclonal antibody. Emerg Microbes Infect. 2020;9:382–385.

118. Chen N., Zhou M., Dong X., Qu J., Gong F., Han Y. Epidemiological and clinical characteristics of 99 cases of 2019 novel coronavirus pneumonia in Wuhan, China: a descriptive study. Lancet. 2020;395:507–513.

119. Yin S., Huang M., Li D., Tang N. Difference of coagulation features between severe pneumonia induced by SARS-CoV2 and non-SARS-CoV2. J Thromb Thrombolysis. 2020:1–4. DOI : 10.1007/s11239-020-02105-8.

120. Tang N., Li D., Wang X., Sun Z. Abnormal coagulation parameters are associated with poor prognosis in patients with novel coronavirus pneumonia. J Thromb Haemost. 2020;18(4):844–847.

121. Helms J., Tacquard C., Severac F., Leonard-Lorant I., Ohana M., Merdji H. High risk of thrombosis in patients in severe SARS-CoV-2 infection: a multicenter prospective cohort study. Intensive Care Med. 2020:21.

122. Taylor F.B., Toh C.H., Hoots W.K., Wada H., Levi M. Scientific subcommittee on Disseminated Intravascular Coagulation (DIC) of the International Society on Thrombosis And Haemostasis (ISTH). Towards definition, clinical and laboratory criteria, and a scoring system for disseminated intravascular coagulation. Thromb Haemost. 2001;86:1327–1330.

123. Cui S., Chen S., Li X., Liu S., Wang F. Prevalence of venous thromboembolism in Patients with severe novel coronavirus pneumonia. J Thromb Haemost. 2020 DOI : 10.1111/jth.14830.

124. Middeldorp S., Coppens M., van Haaps T.F., Foppen M., Vlaar A.P., Müller M.C.A. Incidence of venous thromboembolism in hospitalized patients with COVID-19. J Thromb Haemost. 2020 DOI : 10.1111/jth.14888.

125. Lodigiani C., Iapichino G., Carenzo L., Cecconi M., Ferrazzi P., Sebastian T. Venous and arterial thromboembolic complications in COVID-19 patients admitted to an academic hospital in Milan, Italy. Thromb Res. 2020;191:9–14.

126. Klok F.A., Kruip M.J.H.A., van der Meer N.J.M., Arbous M.S., Gommers DAMPJ, Kant K.M. Incidence of thrombotic complications in critically ill ICU patients with COVID-19. Thromb Res. 2020 DOI : 10.1016/j.thromres.2020.04.013.

127. Poissy J., Goutay J., Caplan M., Parmentier E., Duburcq T., Lassalle F. Pulmonary embolism in COVID-19 patients: awareness of an increased prevalence. Circulation. 2020 DOI : 10.1161/CIRCULATIONAHA.120.047430.

128. Gando S., Levi M., Toh C.-H. Disseminated intravascular coagulation. Nat Rev Dis Primer. 2016;2:16037.

129. Ranucci M., Ballotta A., Di Dedda U., Bayshnikova E., Dei Poli M., Resta M. The procoagulant pattern of patients with COVID-19 acute respiratory distress syndrome. J Thromb Haemost. 2020 DOI : 10.1111/jth.14854.

130. Mussbacher M., Salzmann M., Brostjan C., Hoesel B., Schoergenhofer C., Datler H. Cell type-specific roles of NF-κB linking inflammation and thrombosis. Front Immunol. 2019;10:85.

131. Biemond B.J., Levi M., Ten Cate H., Van der Poll T., Büller H.R., Hack C.E. Plasminogen activator and plasminogen activator inhibitor I release during experimental endotoxaemia in chimpanzees: effect of interventions in the cytokine and coagulation cascades. Clin Sci1979. 1995;88:587–594.

132. Wu Y.P., Wei R., Liu Z.H., Chen B., Lisman T., Ren D.L. Analysis of thrombotic Factors in severe acute respiratory syndrome (SARS) patients. Thromb Haemost. 2006;96:100–101.

133. Gralinski L.E., Bankhead A., Jeng S., Menachery V.D., Proll S., Belisle S.E. Mechanisms of severe acute respiratory syndrome coronavirus-induced acute lung injury. mBio. 2013;4(4):e00271–e00273.

134. He L., Ding Y., Zhang Q., Che X., He Y., Shen H. Expression of elevated levels of pro-inflammatory cytokines in SARS-CoV-infected ACE2+ cells in SARS patients: relation to the acute lung injury and pathogenesis of SARS. J Pathol. 2006;210:288–297.

135. Idell S., Coagulation fibrinolysis, and fibrin deposition in acute lung injury. Crit Care Med. 2003;31:S213–S220.

136. Gupta N., Zhao Y.-Y., Evans C.E. The stimulation of thrombosis by hypoxia. Thromb Res. 2019;181:77–83.

137. Varga Z., Flammer A.J., Steiger P., Haberecker M., Andermatt R., Zinkernagel A.S. Endothelial cell infection and endotheliitis in COVID-19. Lancet. 2020;395:1417–1478.

138. Hamming I., Timens W., Bulthuis M.L.C., Lely A.T., Navis G.J., van Goor H. Tissue distribution of ACE2 protein, the functional receptor for SARS coronavirus. A first step in understanding SARS pathogenesis. J Pathol. 2004;203:631–637.

139. Monteil V., Kwon H., Prado P., Hagelkrüys A., Wimmer R.A., Stahl M. Inhibition of SARS-CoV-2 infections in engineered human tissues using clinical-grade soluble human ACE2. Cell. 2020 DOI : 10.1016/j.cell.2020.04.004. S0092-8674.

140. Magro C., Mulvey J.J., Berlin D., Nuovo G., Salvatore S., Harp J. Complement associated microvascular injury and thrombosis in the pathogenesis of severe COVID-19 infection: a report of five cases. Transl Res. 2020 DOI : 10.1016/j.trsl.2020.04.007. S1931-5244.

141. Luecke T., Pelosi P. Clinical review: positive end-expiratory pressure and cardiac output. Crit Care. 2005;9(6):607–621.

142. Bikdeli B., Madhavan M.V., Jimenez D., Chuich T., Dreyfus I., Driggin E. COVID-19 and thrombotic or thromboembolic disease: implications for prevention, antithrombotic therapy, and follow-up. J Am Coll Cardiol. 2020 DOI : 10.1016/j.jacc.2020.04.031. S0735-1097.

143. Vicenzi E., Canducci F., Pinna D., Mancini N., Carletti S., Lazzarin A. Coronaviridae and SARS-associated coronavirus strain HSR1. Emerg Infect Dis. 2004;10:413–418.

144. Tang N., Bai H., Chen X., Gong J., Li D., Sun Z. Anticoagulant treatment is associated with decreased mortality in severe coronavirus disease 2019 patients with coagulopathy. J Thromb Haemost. 2020;18(5):1094–1099.

145. Iba T., Levy J.H., Warkentin T.E., Thachil J., van der Poll T., Levi M. Diagnosis and management of sepsis-induced coagulopathy and disseminated intravascular coagulation. J Thromb Haemost. 2019;17:1989–1994.

146. Wang J., Hajizadeh N., Moore E.E., McIntyre R.C., Moore P.K., Veress L.A. Tissue Plasminogen Activator (tPA) treatment for COVID-19 associated Acute Respiratory Distress Syndrome (ARDS): a case series. J Thromb Haemost. 2020 DOI : 10.1111/jth.14828.

147. Rao S., Lau A., So H.-C. Exploring diseases/traits and blood proteins causally related to expression of ACE2, the putative receptor of 2019-nCov: a Mendelian randomization analysis. medRxiv. 2020 DOI : 10.1101/2020.03.04.20031237.

148. SARS-CoV-2 related proteins – The Human Protein Atlas. https://www.proteinatlas.org/humanproteome/sars-cov-2 (Accessed April 25, 2020).

149. Hikmet F., Méar L., Uhlén M., Lindskog C. The protein expression profile of ACE2 in human tissues. bioRwiv. 2020 DOI : 10.1101/2020.03.31.

150. Plaçais L., Richier Q. COVID-19: caractéristiques cliniques, biologiques et radiologiques chez l’adulte, la femme enceinte et l’enfant. Une mise au point au cœur de la pandémie. Rev Med Interne. 2020; 41(5):308–318.

151. Wichmann D., Sperhake J.P., Lütgehetmann M., Steurer S., Edler C., Heinemann A. Autopsy findings and venous thromboembolism in patients with COVID-19: a prospective Cohort Study. Ann Intern Med. 2020 DOI : 10.7326/M20-2003.

152. Zhang Q., Cong M., Wang N., Li X., Zhang H., Zhang K. Association of angiotensin-converting enzyme 2 gene polymorphism and enzymatic activity with essential hypertension in different gender. Medicine (Baltimore) 2018;97(42):e1291.

153. Ciaglia E., Vecchione C., Puca A.A. COVID-19 infection and circulating ACE2 levels: protective role in women and children. Front Pediatr. 2020:8.

154. Jin Y., Yang H., Ji W., Wu W., Chen S., Zhang W. Virology, epidemiology, pathogenesis, and control of COVID-19. Viruses. 2020;12:372.

155. Yang X., Yu Y., Xu J., Shu H., Xia J., Liu H. Clinical course and outcomes of critically ill patients with SARS-CoV-2 pneumonia in Wuhan, China: a single-centered, retrospective, observational study. Lancet Respir Med. 2020 [S2213260020300795]

156. Xu Z., Shi L., Wang Y., Zhang J., Huang L., Zhang C. Pathological findings of COVID-19 associated with acute respiratory distress syndrome. Lancet Respir Med. 2020;8:420–422.

157. Fox S.E., Akmatbekov A., Harbert J.L., Li G., Brown J.Q., Vander Heide R.S. Pulmonary and cardiac pathology in Covid-19: the first autopsy series from New Orleans. medRxiv. 2020 DOI : 10.1101/2020.04.06.20050575.

158. Ling Y., Xu S.-B., Lin Y.-X., Tian D., Zhu Z.-Q., Dai F.-H. Persistence and clearance of viral RNA in 2019 novel coronavirus disease rehabilitation patients. Chin Med J. 2020;133(9):1039–1043.

159. Guo Y., Korteweg C., McNutt M.A., Gu J. Pathogenetic mechanisms of severe acute respiratory syndrome. Virus Res. 2008;133:4–12.

160. Wu C., Chen X., Cai Y., Xia J., Zhou X., Xu S. Risk factors associated with acute respiratory distress syndrome and death in patients with coronavirus disease 2019 pneumonia in Wuhan, China. JAMA Intern Med. 2020:e200994. DOI : 10.1001/jamainternmed.2020.0994.

161. Richardson S., Hirsch J.S., Narasimhan M., Crawford J.M., McGinn T., Davidson K.W. Presenting characteristics, comorbidities, and outcomes among 5700 patients hospitalized with COVID-19 in the New York City area. JAMA. 2020:e206775. DOI: 10.1001/jama.2020.6775.

162. Feng G., Zheng K.I., Yan Q.-Q., Rios R.S., Targher G., Byrne C.D. COVID-19 and liver dysfunction: current insights and emergent therapeutic strategies. J Clin Transl Hepatol. 2020;8:18–24.

163. Li Y.-C., Bai W.-Z., Hashikawa T. The neuroinvasive potential of SARS-CoV2 may play a role in the respiratory failure of COVID-19 patients. J Med Virol. 2020:10. DOI : 10.1002/jmv.25728.

164. Li Y.-C., Bai W.-Z., Hashikawa T. Response to Commentary on “The neuroinvasive potential of SARS-CoV-2 may play a role in the respiratory failure of COVID-19 patients” J Med Virol. 2020 DOI : 10.1002/jmv.25960.

165. Mizuiri S., Ohashi Y. ACE and ACE2 in kidney disease. World J Nephrol. 2015;4:74–82.

166. Arentz M., Yim E., Klaff L., Lokhandwala S., Riedo F.X., Chong M. Characteristics and outcomes of 21 critically ill patients with COVID-19 in Washington State. JAMA. 2020;323(16):1612–1614. DOI : 10.1001/jama.2020.4326.

167. Cheng Y., Luo R., Wang K., Zhang M., Wang Z., Dong L. Kidney disease is associated with in-hospital death of patients with COVID-19. Kidney Int. 2020;97:829–838.

168. Cao M., Zhang D., Wang Y., Lu Y., Zhu X., Li Y. Clinical features of patients infected with the 2019 novel coronavirus (COVID-19) in Shanghai, China. medRxiv. 2020 DOI : 10.1101/2020.03.04.20030395.

169. Ransick A., Lindström N.O., Liu J., Zhu Q., Guo J.-J., Alvarado G.F. Single-cell profiling reveals sex, lineage, and regional diversity in the mouse kidney. Dev Cell. 2019;51:399–413.

170. Su H., Yang M., Wan C., Yi L.-X., Tang F., Zhu H.-Y. Renal histopathological analysis of 26 postmortem findings of patients with COVID-19 in China. Kidney Int. 2020 DOI : 10.1016/j.kint.2020.04.003. [S0085-2538(20)30369-0]

171. Aghagoli G., Gallo Marin B., Soliman L.B., Sellke F.W. Cardiac involvement in COVID-19 patients: risk factors, predictors, and complications: A review. J Card Surg. 2020 [jocs.14538]

172. Inciardi R.M., Lupi L., Zaccone G., Italia L., Raffo M., Tomasoni D. Cardiac involvement in a patient with coronavirus disease 2019 (COVID-19) JAMA Cardiol. 2020 DOI : 10.1001/jamacardio.2020.1096.

173. Hua A., O’Gallagher K., Sado D., Byrne J. Life-threatening cardiac tamponade complicating myo-pericarditis in COVID-19. Eur Heart J. 2020:ehaa253.

174. Shi S., Qin M., Shen B., Cai Y., Liu T., Yang F. Association of cardiac injury with mortality in hospitalized patients with COVID-19 in Wuhan, China. JAMA Cardiol. 2020:e200950. DOI : 10.1001/jamacardio.2020.0950.

175. Yang J.K., Feng Y., Yuan M.Y., Yuan S.Y., Fu H.J., Wu B.Y. Plasma glucose levels and diabetes are independent predictors for mortality and morbidity in patients with SARS. Diabet Med. 2006;23:623–628.

176. Yang J.-K., Lin S.-S., Ji X.-J., Guo L.-M. Binding of SARS coronavirus to its receptor damages islets and causes acute diabetes. Acta Diabetol. 2010;47:193–199.

177. Chhabra K.H., Chodavarapu H., Lazartigues E. Angiotensin converting enzyme 2: a new important player in the regulation of glycemia. IUBMB Life. 2013;65:731–738.

178. Li Z., Liu G., Wang L., Liang Y., Zhou Q., Wu F. From the insight of glucose metabolism disorder: oxygen therapy and blood glucose monitoring are crucial for quarantined COVID-19 patients. Ecotoxicol Environ Saf 2020; 2020;197:110614.

179. Butler S.O., Btaiche I.F., Alaniz C. Relationship between hyperglycemia and infection in critically ill patients. Pharmacotherapy. 2005;25(7):963–976.

180. Barton L.M., Duval E.J., Stroberg E., Ghosh S., Mukhopadhyay S. COVID-19 Autopsies, Oklahoma, USA. Am J Clin Pathol. 2020;153(6):725–733.

181. Bouaziz J.D., Duong T., Jachiet M., Velter C., Lestang P., Cassius C. Vascular skin symptoms in COVID-19: a French observational study. J Eur Acad Dermatol Venereol. 2020 DOI : 10.1111/jdv.16544.

182. Navel V., Chiambaretta F., Dutheil F. Haemorrhagic conjunctivitis with pseudomembranous related to SARS-CoV-2. Am J Ophthalmol Case Rep. 2020 DOI : 10.1016/j.ajoc.2020.100735.

183. Siedlecki J., Brantl V., Schworm B., Mayer W.J., Gerhardt M., Michalakis S. COVID-19: ophthalmological Aspects of the SARS-CoV 2 Global Pandemic. Klin Monbl Augenheilkd. 2020:1164–9381. DOI : 10.1055/a-1164-9381.

184. Wu P., Duan F., Luo C., Liu Q., Qu X., Liang L. Characteristics of ocular findings of patients with coronavirus disease 2019 (COVID-19) in Hubei Province, China. JAMA Ophthalmol. 2020:e201291. DOI : 10.1001/jamaophthalmol.2020.1291.

185. Luis E. Escobar, View ORCID ProfileAlvaro Molina-Cruz, and Carolina Barillas-Mury. BCG vaccine protection from severe coronavirus disease 2019 (COVID-19). PNAS July 28, 2020 117 (30) 17720-17726; first published July 9, 2020; updated October 12, 2020 https://doi.org/10.1073/pnas.2008410117. Published By: National Academy of Sciences Print ISSN: 0027-8424 Online ISSN: 1091-6490

Catégories
Mon Journal

CORONAVIRUS: DE L’ALLÉGORIE DE L’HOMONCULE AU SOPHISME DE L’EXCEPTION AFRICAINE

Quand bien même le politique africain en aurait une forte nausée, je m’adresse ici aux intellectuels. Pas ceux qui feignent de résoudre des problèmes qu’ils ne peuvent se poser, les petits prostitués de la pensée, les spéculateurs à nulle autre préoccupation que de poser des problématiques abstraites pour ne servir qu’illusions, mirages, mystifications et chimères obnubilantes (Foucault, 1966). Pas ceux qui, « abonnés aux émissions de grande écoute, avalisent et dissèquent le message officiel, comptent les points de part et d’autre tout en se réfugiant derrière une confortable «neutralité» proportionnelle à l’assiduité des médias à leur égard » (Aktouf, 2003). Pas ceux qui se démènent pour le maintien de leur privilège politique. Pas ceux qui, comme le tailleur de la République, ont acquis quelque notoriété que ce soit et en abusent, s’aventurant loin de leur domaine pour critiquer la société au nom d’une conception globale et dogmatique, vague ou précise, moraliste ou marxiste de l’homme, même si Sartre, contrairement à Foucault dont j’épouse pour le moment la perspective, aurait compris le terme « abuser » dans son sens positif (L.D. Godin). Je ne m’adresse pas aux intellectuels, démodés depuis les théories Foucaldiennes, qui se pensent maître de vérité et de justice alors qu’on ne peut plus s’en réclamer puisque la vérité est générée par des systèmes et des structures qui exercent leur emprise sur le sujet. « La vérité est liée circulairement à des systèmes de pouvoir qui la produisent et la soutiennent, et a des effets de pouvoir qu’elle induit et qui la reconduisent » (Foucault 1976).

Je ne parle pas à ceux, en définitive, dont la pensée inactive a pour but tout ensemble de donner un semblant de fondement aux thèses racistes d’un Hegel qui, dans la phénoménologie de l’esprit, dénie tout sens de l’histoire aux noirs que nous sommes ; d’un Raynal qui se demandent s’il n’est jamais tombé dans l’esprit du noir qu’il fallut se donner tant de peine pour se loger, qui pense que l’africain croupit encore dans les premiers âges de l’Humanité, qui soutient que le noir coule des jours inutiles dans une inaction entière sous d’épais feuillages, que fumer, boire, chanter ou danser est le propre de l’africain ; ou d’un Montesquieu stipulant dans de l’esprit des lois qu’il est impossible de supposer que nous soyons des humains car l’on commencerait à croire qu’il n’est pas lui-même chrétien, que « de petits esprits exagèrent trop l’injustice que l’on fait aux Africains car, si elle était telle qu’ils le disent, ne serait-il pas venu dans la tête des princes d’Europe, qui font entre eux tant de conventions inutiles, d’en faire une générale en faveur de la miséricorde et de la pitié ? » Non ! A ces intellectuels de pacotille, je ne m’adresse pas. Ceux-là, avec une énergie surprenante et destructrice reproduisent jusqu’à la caricature les séries de clichés racistes et meurtriers dont les colonisateurs affublaient l’Afrique : nègre barbare, jouisseur, roitelet ; nègre tyrannique, irrationnel, incompétent et donc, incapable de prendre son destin en main.

Je m’adresse plutôt à ceux qui se rendent compte qu’en faisant de l’Afrique une exception mystérieuse dont les africains se gaussent volontiers, car pour une fois, le continent noir déjoue les pronostics ; je parle à ceux qui savent pertinemment qu’en n’essayant pas de trouver une explication à la raison pour laquelle l’Afrique semble être plus résistante au coronavirus que tous les autres continents confondus ; j’interpelle ceux qui ne doutent point qu’en feignant de jeter les bases d’une réflexion scientifique qui nous permettrait de concevoir des orientations politiques et stratégiques cohérentes, opérationnelles et satisfaisantes, nos dirigeants, avec la complicité de l’occident et des médias dominants, nous coupent l’herbe sous le pied pour nous installer dans une insouciance commode et complaisante qui nous dispense d’efforts intellectuels et d’actions salutaires quand à l’endiguement de la pandémie sur nos terres. Il n’y a pour ma part pas d’exception africaine qui ne trouve pas de fondements scientifiques cohérents. J’en ferai la démonstration dans ma prochaine publication… (A suivre)

PIERRE HAMET BA.

Catégories
Mon Journal

A L’ANGLE DU BOULEVARD ET DE L’AVENUE

Je vois une dictature inavouée s’ingénier dans les interstices du pouvoir. Je vois avec indignation que la censure dramatique va être rétablie et la liberté de la presse abolie (…). Les représentants du peuple ne sont autres qu’un tas immonde de vendus. Leur vue c’est l’intérêt, leur penchant la bassesse, leur honneur est un orgueil stupide, leur âme un tas de boue ; mais un jour, jour qui arrivera avant peu, le peuple recommencera la troisième révolution ; gare aux têtes, gare aux ruisseaux de sang (…). Oui, notre siècle est fécond en sanglantes péripéties (Flaubert). Je vois des milliers de gens s’amasser devant des grilles majestueuses à l’angle du boulevard et de l’avenue. Je vois les jeunes et les vieux chômeurs qui, depuis huit ans maintenant, se sont inscrits dans les livres de la fonction publique sans jamais avoir été appelés, ne serait-ce que pour un entretien. Je vois les retraités presque moribonds dont la pension ressemble plus à une aumône qu’à une digne indemnité pour service honorablement rendu à la nation. Je vois les anciens combattants abandonnés à leur sort et les blessés de guerre laissés pour compte alors qu’ils ont défendu le drapeau avec véhémence. Je vois les instituteurs et les enseignants dont les revendications n’ont pas été satisfaites alors qu’elles sont maintenant presque séculaires, certaines datant des états généraux de l’éducation et de la formation de 1981 sans que les multiples colloques de Kolda (1993), de Saint Louis (1995), les séminaires de Bambey et de Gorée et les récentes assises de l’éducation et de la formation (2014) ne puissent y apporter des solutions définitives. Je vois les élèves et étudiants dont l’avenir s’assombrit de plus en plus faute d’un cadre éducatif cohérent et en harmonie avec leurs aspirations. Je vois les rapatriés de « l’eldorado » européen qui ont bravé les océans sans même savoir nager. Je vois les femmes de ménage qui ne bénéficient d’aucune protection sociale. Je vois les commerçantes et les commerçants dont les marchés hebdomadaires sont fermés sans qu’aucune autre alternative ne leur soit proposée. Je vois les transporteurs dont les revenus ont été drastiquement réduits par des mesures inopérantes. Je vois les artistes qui ne parviennent plus à vivre de leur art faute de scènes de prestation. Je vois les restaurateurs, les hôteliers, leurs fournisseurs et leurs employés qui ne savent plus à quel saint se vouer. Je vois les agents de l’administration frustrés par le favoritisme ambiant et les multiples injustices qui minent l’évolution de leur plan de carrière. Je vois les politiciens désavoués pour crime de lèse-majesté. Je vois les magistrats et auxiliaires de justice outrés par la lourde pression constante qui ne leur permet plus de rendre une justice à la hauteur de l’équité sociale. Je vois les pêcheurs qui n’arrivent plus à trouver du poisson à cause des navires étrangers qui raclent les fonds marins. Je vois les agriculteurs jetés en pâture à la mondialisation sans qu’ils ne puissent écouler leur production, ni ici ni ailleurs. Je vois les militaires, policiers, gendarmes, douaniers et sapeurs dont les conditions de travail frôlent l’asservissement. Je vois les industriels qui croulent sous le poids des importations. Je vois les médecins, infirmiers et acteurs de la santé croupir sous le manque drastique de moyens. Je les vois tous présents à l’appel de la survie, dégoûtés autant qu’ils sont d’avoir été subornés. Je les vois scander ton nom à l’unisson tout comme le firent tes partisans ce fameux grand soir charriant ce qui s’apparentait à un cadavre. Je vois tes proches rallier ce suppositoire topographique sur une pirogue de fortune. Je vois tes partisans raser les murs, des responsables, élus et collaborateurs déserter les rangs pour se joindre à la masse. Je la vois, elle me semble de plus en plus en plus inévitable, elle se dessine, s’approche et maintenant presse le pas pour rendre leur vie à la population. Cessez donc de les prendre pour des lâches incapables de bouleversement et vous l’arrêterez peut-être, sinon gare à vous car ce que je vois, à l’angle du boulevard et de l’avenue, c’est une chute vertigineuse, violente et subite.

Pierre Hamet BA